Soheil ayari pilote professionnel GT4 - endurance - 24 du mans

Le Championnat de France GT4 Series

 

Après avoir connu ses plus belles heures entre 2005 et 2010, regroupant certaines saisons près de 30 voitures de type GT1, de véritables GT prototypes (Soheil fut Champion de France en 2006 et 2007 au volant de la Saleen S7-R GT1), le Championnat de France a adapté ensuite sa règlementation à la plupart des autres championnats européens, permettant ainsi d’accueillir les voitures GT3, performantes mais moins coûteuses et plus proches des modèles de série.

 

Promu jusque là par S.R.O. (Stéphane Ratel Organisation), le « GT Tour » a été repris par ORECA en 2012. Depuis deux ans, la discipline vedette des circuits français voyait son nombre de participants se réduire. En 2016, une tentative de grossir le plateau fut essayée en accord avec la FFSA en ouvrir les courses aux prototypes LMP3 pour offrir un championnat semblable à la règlementation des grandes épreuves d’Endurance (GT + Protos). Mais l’effet se révéla inverse et une bonne part des équipages partirent disputer les championnats monotypes (GT ou Prototype).

« Le choix de la performance technique et l’aérodynamique. L’auto est très bien équilibrée, avec une répartition des masses AV/AR de 50/50 et un moteur placé en position centrale arrière. » explique Soheil.

En marge de l’infortuné GT Tour 2016, les championnats GT4, organisés essentiellement par S.R.O., ont pris de l’ampleur, s’adaptant davantage aux budgets raisonnés et à l’envie des concurrents de courir au coeur de plateaux fournis (30 à 60 voitures par course). C’est ainsi que le GT Tour, moribon il y a deux ans, a retrouvé rapidement son sens du spectacle et un plateau de taille en 2017 grâce à une nouvelle adaptation qui permettra de totaliser plus de 30 concurrents GT4.

 

Le constat est simple : moins vaut plus de spectacle pour les pilotes et les spectateurs, quitte à ce que les autos soient un peu moins rapides (3 à 5’’ au tour moins vite par rapport aux GT3).

Côté marques, le GT4 France réunit d’ores et déjà McLaren, Porsche, Maseratti, Ginetta, Ford, Aston Martin et KTM, et on annonce pour bientôt la venue de Mercedes et BMW (voir la présentation complète du championnat et les voitures).

 

C’est avec cette voiture d’un peu plus de 1000 kg. conçue comme une véritable auto de course et propulsée par un moteur Ford 3,5 l. de 330 CV que le binôme AYARI-TARDIF s’alignera en GT4 Series.

Le Calendrier.

 

Le choix de rester dans un championnat français (5 courses dans l’Hexagone : Nogaro, Pau, une course en ville, le retour sur le mythique circuit de Dijon-Prenois, Magny-Cours, une étape espagnole à Barcelone et le Paul Ricard pour ponctuer la saison : voir le calendrier) et dans une discipline qui s’annonce très compétitive l’a emporté.

 

Le format des courses restera inchangé avec deux épreuves de 1h00 disputées samedi et dimanche, et un changement de pilote entre la 25e et la 35e minute.

 

Côté team, c’est CMR, basé à Alès et chez qui Soheil roule depuis 2015, qui sera en charge de l’exploitation et du développement de la voiture.

Découvrez la fiche technique de la Ginetta G55 GT4 :